Goodbye Paris : mon choix de quitter la capitale et la France

Imaginez-vous déconstruire volontairement tout ce que vous avez mis du temps à construire pour tout recommencer. Non vous n’arrivez pas ? Okey, ce n’est pas grave.

Pour ceux qui me lisent depuis le début vous savez que j’ai arrêté d’écrire depuis plusieurs mois. J’ai traversé une période difficile et pour ne rien me simplifier, j’ai réalisé également que le « vol de ma vie » était en mode pilote automatique vers une direction qui n’était plus la mienne. Cette prise de conscience et cette volonté de changer de trajectoire ont éveillé en moi les angoisses les plus profondes et m’ont poussé à reprendre le contrôle sur ce que je souhaite réellement pour moi, indépendamment de ce que ma famille ou la société peuvent penser.

En résumé, j’ai eu un questionnement majeur concernant chaque aspect de ma vie : mon métier, mon mode de vie et ce que je veux réellement pour les prochaines années. Avouons-le, bien souvent nous vivons une vie qui n’est pas celle que nous rêvons ou encore une vie à coté de nos vraies valeurs pour se fondre dans le moule. Certains diraient que c’est la vie, que l’on doit se satisfaire de ce que l’on a, moi je répondrais que ce sont des excuses.  Il est de notre responsabilité de faire face et d’essayer de vivre nos rêves car nous avons qu’une seule vie. Rien ni personne ne nous empêche de faire ce que l’on voudrait à part nous même.

 

Au programme 2019 : je plaque mon boulot et je quitte Paris. Je tire ma révérence à cette vie que j’avais choisie dans la capitale et qui avec le temps ne me correspondait plus.

 

Mais que s’est-il passé ?

Que l’on se rassure, je ne suis pas enceinte. Petit clin d’œil à mes amis qui ont fuit Paris après la naissance de leur premier enfant, et cela est compréhensible, puisque la qualité de vie à Paris n’est pas la meilleure.

Vade retro, que cet esprit qui parle quitte le corps d’Alexis sur le champ ! Eh oui, ce départ peut étonner et beaucoup savent que je suis attachée à certains attraits de ce mode de vie. Cependant détrompez-vous car il y a eu du chemin parcouru entre ma période d’étudiante et mon affirmation en tant que femme.

 

Pour aller à l’essentiel, voici les principaux points qui m’ont poussé à prendre la décision de quitter Paris :

  • Il y a 5 ans je me suis promise que je ne ferai pas plus de 10 ans dans la capitale.

    Hors de question que je reste ici jusqu’à ma retraite. Aujourd’hui cela fait 10 ans et 6 mois que j’y vis et je compte bien tenir cette promesse. Bien sûr ma situation actuelle me facilite les choses car je n’ai pas de compagnon à convaincre/menacer ni d’enfant à embarquer.

  • Il y a trois ans, un cas de force majeure me fait tirer à pile ou face mon sort dans la capitale. Je suis très sérieuse.

J’ai perdu, je suis restée. Cette décision très difficile à l’époque, de rester ou partir, était également liée au fait que je souhaitais peaufiner mon expérience professionnelle. Devoir en arriver à un tel tiraillement signifiait dans le fond qu’une partie de moi souhaitait que je m’en aille. Il s’agissait d’une première sonnette d’alarme que je n’ai pas écoutée mais qui m’a rappelé à l’ordre avec le temps. Et vous, est-ce que vous entendez parfois cet appel qui vous dit « il est temps de partir »?

  • La vie dans la capitale est devenue insupportable.

Le métro sale ou bondé aux heures de pointe, le charme des parisiens. Cette vie « métro, boulot, dodo » ou encore cette sensation d’être poussée constamment à la consommation pour remplir notre vie/vide sont des choses qui me saturent et me polluent beaucoup trop. 

  • Je me suis persuadée qu’être cadre dans le marketing digital c’était ce qu’il me fallait. Au final j’ai fini par ne plus tenir sur mon dernier poste car il perdait tout son sens pour moi.

J’ai démissionné. Travailler toute la journée devant un ordinateur et ce pendant quarante ans minimum, NO WAY. Lorsque l’on ne se sent pas à sa place quelque part c’est que l’on est pas au bon endroit. J’ai tenu sur mon dernier poste jusqu’au moment ou j’ai décidé qu’il était temps de lâcher.

  • Continuer de vivre à Paris n’apportera pas forcément de valeur ajoutée à la nouvelle vie que je souhaite.

Même si je ne sais pas de quoi est fait demain, je ne souhaite pas revenir vivre dans la capitale.  A la veille de mes 30ans, j’ai révisé mon plan de vie et vivre à Paris n’en fait plus partie.  

Je sais que certaines personnes sont fatiguées du mode de vie parisien et songent à retourner dans leur pays natal. La plupart du temps la peur de ne pas trouver un emploi à la hauteur de ce que l’on a dans la capitale nous retient. A mon avis, lorsque l’on arrive réellement à saturation certaines priorités sont à revoir. Quitter un environnement qui ne nous convient plus ou y rester et s’épuiser juste pour un CDI ?

 

Que se passera t-il pour la suite ?

La boucle parisienne est bouclée. Je rentre à la maison auprès de mes proches. J’irai me balader dans le monde avec mon sac à dos. Un autre jour je me poserai de nouveau puis je recommencerai jusqu’à ce que je veuille autre chose.

 

 

Mon histoire vous inspire ou cela résonne en vous ? Retrouvez le récit de mon départ de la Martinique pour m’installer à Paris et le contexte dans ce volet : 9 ans déjà que j’ai quitté la Martinique

 

A bientôt les  amis !

 

Laisser un commentaire