Voyage au Brésil : feuille de route pour un séjour de 2 semaines

 

Sens-tu ce soleil caresser ton épaule dénudée, entends-tu le bruit des vagues qui s’écrasent sur le sable blanc ? Bem-vido ao Brasil ou plus précisément à Rio de Janeiro. Ici on se promène en bikini brésilien, on boit de l’agua de coco et on joue au foot volley sur un fond de funk carioca. Bum Bum Tam Tam.

Je suis arrivée à Rio de Janeiro le 3 mars sous une chaleur étouffante et chargée d’humidité. Rio de Janeiro me parle, son ambiance, ses vibes, son peuple. La ville est comme je l’imaginais, colorée, métissée, une jungle urbaine située entre terre et mer.

On peut tout faire dans cette ville : aller à la plage, faire de la randonnée, du shopping. Les Brésiliens sont souriants et chaleureux ; si vous entamez une conversation avec eux, oubliez l’anglais, la langue unique est le Portugais Brésilien et on ne s’en plaint pas car cette langue sonne comme une mélodie à notre oreille.

Ça y est, vous vous sentez presque au Brasi-ou ? Je vous embarque avec moi dans le récit de ce voyage de 2 semaines et partage avec vous dans cet article ma feuille de route.

 

Salvador de Bahia

Salvador de Bahia

– Feuille de route – 

Je suis partie pour une durée de 2 semaines au Brésil, ce pays est si immense qu’en réalité il faudrait plusieurs mois pour visiter les plus beaux spots. Avant de partir j’ai opté pour un programme alliant visites, aventures et repos.

Pour faire le compte des villes visitées, j’ai séjourné à :

  • Rio de Janeiro : 5 jours
  • Salvador : 3 jours
  • Palmeiras : 2 jours + 2 jours dans le parc national de Chapada Diamantina
  • Rio de Janeiro : 4 jours

Pour se déplacer entre ces différentes villes, j’ai réservé à l’avance :

  • 1 vol AR Rio de Janeiro – Salvador (4 heures de vol au total)
  • 1 trajet AR en bus : Salvador – Lencois (14h au total)

Quel Budget pour le Brésil 

Tout dépend de vos envies, de vos goûts, mais le Brésil reste abordable sur place grâce à sa devise. Pour vous donner un ordre de prix sur les dépenses principales :

  • 1 Billet d’avion AR Paris-Rio : 550 € – booké un mois avant le départ avec la compagnie Lufhtansa.
  • 1 aller-retour Rio -Salvador : 130 € –  booké un moins à l’avance avec la compagnie GOOL
  • 1 ticket de bus AR Salvador-Palmeiras : 50 € et acheté quelques semaines avant mon départ sur busbud.com
  • Hébergement sur 2 semaines : environ 200 € , booké deux semaines à quelques jours à l’avance via Booking, Airbnb et Facebook (auberge de jeunesse, appartement privé, hôtel, chambre chez l’habitant, camping).
Hôtel Vila Galé Rio

Hôtel Vila Galé Rio

 

Ou séjourner à Rio de Janeiro ? – 

L’offre d’hébergements dans cette ville est très vaste. J’ai séjourné à Ipanema (auberge El Misti hostel) et à Lapa (hôtel Vila Galé Rio).  Entre ces deux quartiers l’ambiance est totalement différente mais j’adore. Si mon séjour avait été un peu plus long, j’aurais réservé au MGallery by Sofitel de Santa Teresa qui offre un cadre et une vue superbes.

Ipanema : le quartier est très sûr et animé la journée. L’ambiance est assez hippie chic et la plage se situe entre 2 et 8 minutes à pied selon l’emplacement de votre hébergement. Vous pouvez trouver des hébergements à bas prix, ou des logements plus haut de gamme.

Lapa : un quartier assez populaire, certaines zones sont à éviter.  Les soirs, la rue principale se transforme en un endroit animé où bars et restaurants proposent des animations avec des groupes de samba et des DJs. Si vous voulez faire la fête avec des cariocas, je vous conseille ce quartier. Préparez-vous sérieusement à danser la samba.

 

  • Acai

Et pour les gourmands – 

La découverte d’un pays et de sa culture passe aussi par ses plats locaux et je peux vous dire qu’au Brésil on se régale. J’ai d’ailleurs mangé la meilleure viande de toute ma vie à Rio (quartier de Lapa).

Si vous partez en séjour au Brésil, voici la liste de ce que vous devez absolument tester

Nourritures
    • Les Pastels con carne
    • Les pastelaos
    • La feijohada
    • Le tapioca, la « crêpe » à la brésilienne réalisée avec de la farine de tapioca. Un délice qui vous fait tenir une demi-journée sans grignoter. Je préfère la version salée avec un peu de jambon, du fromage, de l’oignon et de la tomate en garniture. Je me suis promise de refaire cette recette chez moi.
    • L’acai : une glace locale où vous pouvez ajouter tous les toppings que vous souhaitez.
Boissons
  • Number one : l’eau de coco que l’on ne présente plus
  • Number two : la Caïpirinha au maracuja
  • La bière de la marque Atlantico
  • Le soda à base de Guarana  de la marque Atlantico

 – La sécurité à Rio de Janeiro  –

La sécurité de la ville est au moment où je vous écris confiée à l’armée nationale. Avant de partir j’ai eu beaucoup de mises en garde, ce qui est normal lorsque l’on entend ce qui se passe au Brésil. Cependant à aucun moment je ne me suis sentie en danger ou mal à l’aise sauf quand je me suis rendue dans une favela. J’ai pu également me fondre dans la masse ce qui était un petit plus.

 

2018 : on prend des vraies résolutions !

2017 tu laisseras, 2018 tu accueilleras !

Eh oui, l’année se clôture dans quelques heures et je vous épargne les vœux habituels que vous recevrez probablement :
je te souhaite amour, gloire et beauté!”

Trève de plaisanteries, penchons nous sur cette nouvelle année 2018 que nous voudrons plus heureuse, plus riche en émotions et expériences, plus belle que 2017. C’est le moment de lister ces nouvelles résolutions qu’il serait raisonnable d’adopter.

 

Relations humaines

On vire les relations toxiques

Qu’il s’agisse d’une relation amoureuse ou amicale, on a tous eu/ou on a autour de nous des personnes qui ternissent réellement notre quotidien et notre bonne humeur. Si ce n’est pas encore fait, il serait temps de faire un peu de ménage et ce sans remord. C’est dur, ça fait mal mais cette décision vous fera avancer et vous libérera à coup sûr.

On arrête les gossips ou milans*

Répéter ce que l’on entend, enfoncer une femme qui a une vie, des sentiments, des blessures et des joies tout comme nous, ça ne sert à rien. De plus, vous vous abaissez vous même.  Aimez vos consœurs, soutenez les, encouragez les, vous entretiendrez une boucle d’amour à l’infini.   

Milan* : Nom masculin, créole.  Action de raconter des potins ou des ragots.

On s’essaie à la franchise

Dire à une amie la vérité n’est pas un DRAME. Oui je sais, on se vexe vite chez nous lorsqu’une copine/amie/proche nous fait une remarque : ‘Manzel compren’n sé li epi toute lo conseils li’a” – “Elle se prend pour qui avec tous ses conseils ?”.  Les vraies amies ont le devoir d’ouvrir les yeux de leurs proches au moment opportun. Je ne vous dit pas de mettre une personne devant ses erreurs ou ses problèmes à chaque fois que vous la voyez, mais d’avoir un conseil avisé et humble quand il le faut.

 

Bien-être et beauté

On diminue sa consommation d’alcool

Ce serait trop difficile pour beaucoup d’entre nous d’arrêter du jour au lendemain, mais pourquoi pas diminuer (un peu). Cela réduirait les réveils difficiles ainsi que la semaine de repos forcé nécessaire pour récupérer de la dernière cuite.

On fait plus d’abdos

 

Messieurs, à force de boire de la bière et toutes sortes de breuvages le ventre prend un coup avant 40 30 ans. Alors il faut faire un choix dans sa vie. Tu veux être hot ou tu veux être alcoolique ? Ok tu t’enfous ? D’accord je sors.

On réduit le nombre de tissages/an

Je sais que ça permet de changer de style régulièrement, je n’ai rien contre par ailleurs mais les filles laissez vos cheveux respirer de temps en temps svp. Le tissage 365/365 jours ce n’est pas possible.

 

Sexe

On nettoie sa liste de sex friends / gérances…

Le meilleur pour la fin… Sérieusement, ce n’est pas raisonnable de gérer 4 personnes en même temps. C’est peut être le moment de nettoyer ses contacts et de laisser le passé dans le passé. Petit message à certaines personnes : vous gardez des contacts en réserve en cas de pénurie mais les gens ne sont pas à votre disposition après 1 an de disparition. 

 

Ça suffira pour commencer l’année 2018. Pour être un peu plus sérieuse et vous écrire à cœur ouvert, voici les résolutions que je souhaite poursuivre durant cette nouvelle année. Il ne s’agit pas vraiment de nouvelles résolutions car tout au long de l’année je me fixe des objectifs à court ou long terme, je poursuivrai donc sur ces aspirations :

* M’aimer plus*

*Etre plus généreuse avec les autres*

*Voyager plus*

*Allouer plus d’argent à mon développement personnel*

*Dire plus souvent à mes proches que je les aime*

*Agir plus, réfléchir moins*

*Méditer plus*

Je vous souhaite de tenir les résolutions qui vont avec vous, votre personnalité et votre mode de vie…

Bonne année 2018 !!

 

 

 

 

 

Voyage en solitaire : comment rencontrer des personnes ?

Hello tout le monde, j’espère que vous allez bien surtout avec ce froid de canard. Comme promis je reviens pour parler de mon voyage en solitaire et de comment je m’y suis prise pour rencontrer des personnes. Pour vous planter de nouveau le décor: j’étais partie en vacances pour une dizaine de jours et pour la première fois seule au Portugal. L’ expérience fut très enrichissante je vous assure. Je suis consciente que la solitude gêne certaines personnes, cela donne un sentiment parfois désagréable. Pour ma part c’est quelque chose qui m’aide à trouver des réponses et à révéler ce que je veux vraiment. C’est une bulle de silence, un rendez-vous avec moi même pour comprendre certaines choses, m’écouter et prendre des décisions.

Premiers ressentis à Lisbonne

Ce serait vous mentir que de dire que je suis partie à l’arrache et que j’ai eu de l’adrénaline tout au long de mon séjour. Durant mes premières heures dans la capitale j’ai ressenti de la peur, de l’excitation et de la joie. Je dois être accro aux ascenseurs émotionnels… Au final, à la fin de chaque journée passée dans la capitale portugaise le seul sentiment qu’il me restait était celui de la satisfaction: gyaaal  you did it !

Être seule pour la première fois dans un pays étranger vous oblige à vous booster, on se challenge chaque jour au point de se demander quelles sont nos limites.

Rencontrer des personnes – Salut moi c’est Alexis !

Pour commencer on oublie les hôtels pour ce genre de voyage. On fera des rencontres plutôt dans des auberges de jeunesse. Si tu es allergique à la colocation, aux dortoirs, au partage, tu vivras un cauchemar.

Les deux premiers jours j’étais plutôt dans ma bulle, c’est mon tempérament. Je ne voulais pas brusquer mes colocs de l’auberge et je vérifiais toujours que mon anglais était toujours ok. Je partageais ma chambre avec une japonaise ma sœur dans une autre vie, un brésilien très louche et bavard boug la ka palé – le mec est bavard, et deux personnes que je ne voyais jamais.

Pour ceux qui n’ont pas l’habitude d’aller vers les “étrangers” sachez qu’il faudra briser votre mur de timidité et aller vers l’autre sans peur de vous sociabiliser. Il faudra retomber en  quelque sorte en enfance, au temps où vous jouiez avec tout le monde sans juger.

Pendant une semaine j’ai perfectionné le : salut, moi c’est Alexis, et toi ?

Au bout de deux jours à Lisbonne, je me suis assise dans le salon de l’auberge de jeunesse avec un bouquin, j’observais plus que je ne lisais. Des gens qui ne se connaissaient pas échangeaient un sourire puis lançaient des sujets de conversation : “Tu es arrivé quand ? Tu restes combien de temps ici ? My name is Yuko, I am from Japan and you ? Je me suis lancée et j’ai adoré…

 

5 choses à retenir sur les personnes voyageant seule comme vous :

  1. Les gens ne sont pas là pour faire les beaux : personne n’est là pour agir comme un sauvage ou vous regarder de haut.
  2. On vous posera des questions : ton âge, ton métier, ta ville, tes origines, ton mec, etc. Ne vous dites pas illico que les gens sont Makrels – trop curieux. Tout le monde veut juste en savoir plus sur l’autre et partager. Surtout quand vous dites que vous venez de la Martinique, un petit paradis sur terre que peu de personnes connaissent.
  3. Elles adorent échanger : les bons plans, les spots à voir, les endroits où dormir…
  4. On vous proposera des activités : aller boire un verre, faire des activités que vous n’aviez pas prévu. Et tant mieux.
  5. Chaque personne garde son indépendance : même si vous êtes devenus les meilleurs amis du monde avec quelqu’un, on pourra vous dire NON et décliner votre proposition d’aller surfer par exemple

 

Bilan des rencontres

J’ai rencontré plusieurs personnes avec qui j’ai visité des monuments, je suis sortie dans des bars, j’ai été à la plage… J’ai fais la connaissance de plusieurs filles voyageant seules toutes superbes et cool. Des filles célibataires mais aussi des filles en couple, âgée de 22 à 35 ans. Des rêveuses, des femmes qui vont où elles veulent aller. Voici le bilan de mes plus belles rencontres au Portugal :

A Lisbonne :

  • 1 japonaise : maîtresse d’école qui a tout plaqué et décider de ne plus suivre le système rigoureux du japon
  • 1 israélienne : Dj, bohème, elle voulait faire un break et trouver des réponses
  • 1 américain : navy de los Angeles, en permission pour faire un road trip en Europe
  • 1 brésilien : employé sur un paquebot en escale à Lisbonne, assez mystérieux sur son identité et ses motivations dans la ville
  • portugais : des jeunes de Lisbonne

En Algarve :

  • 3 allemandes  : deux étudiantes et une event planner baroudeuse et adorable
  • 1 portugaise : danseuse professionnelle souhaitant se ressourcer et tourner la page suite à sa rupture avec son amoureux
  • 1 uruguayenne : en année sabbatique elle effectuait un tour du monde en solitaire avant de se lancer dans la vie professionnelle

Je me suis aussi rencontrée. Une martiniquaise loin de chez elle : une jeune femme qui s’était lancée le défi de partir seule, cherchant des réponses dans de nouvelles expériences.

J’espère que cet article inspira certain.e.s. J’ai rencontré des personnes mais j’ai aussi visité des lieux sympas que je vous partagerai dans mes prochains articles.

 

 

 

 

Portugal : mon premier voyage en solitaire

Il y a deux mois de cela, j’ai décidé de faire mon premier voyage en solitaire. J’ai pris mon billet pour le Portugal et j’ai dis ciao à Paris. Un billet acheté trois jours à l’avance, une auberge de jeunesse booké la veille, me voila partie pour découvrir une nouvelle destination, le Portugal.

Folle ? Noon. Combien de fois avez vous fantasmé sur quelque chose de fou, sur quelque chose que vous voudriez réaliser mais que vous n’avez pas encore le courage de faire ?

J’ai pris la décision de partir seule, pourquoi ? 

Suite à l’annulation de mon voyage en Corée du Sud qui était prévu initialement en septembre, j’avais décidé de voyager quand même. Au mois d’août j’ai tenté de trouver des compagnons de voyage mais entre les indécis et les personnes qui n’avaient pas les mêmes dates de vacances que moi, je me suis dit que si j’attendais encore je n’irais nulle part. Mwen pani temps ba moun ki pas sav sa yo lé – Je n’ai pas le temps pour les indécis.

Pour tout vous dire, je trouvais l’idée d’un voyage en solitaire fantastique. Au début j’étais assez motivée puis je me suis ravisée, pensant que je devrais calmer mes envies d’aventures.  Par la suite,  j’ai commencé à me poser de vraies questions, des questions qui, si je ne portais pas attention, viendraient bloquer et compromettre ce projet de voyage en solitaire :

  • Pourquoi partir seule, est-ce une décision judicieuse ?
  • Est-ce que je ferai des rencontres intéressantes ?
  • Serai-je frustrée de faire des choses que je ne peux pas partager avec les personnes que j’aime ?

Autant de questions parasites qui ne servaient à rien. A vrai dire cette volonté de partir seule étant trop forte, j’ai fini par me jeter à l’eau. Dans tous les cas je tirerais bien quelque chose de cette expérience, quelle soit bonne ou mauvaise.

L’art de voyager à l’arrache

Comme d’habitude un billet en poche, une idée de l’endroit où je vais dormir en premier puis le reste viendra tout seul. Je précise que le voyage à l’arrache n’est pas adapté à tous. Si vous avez tendance à vouloir tout contrôler et à tout planifier à l’avance, mesdames et messieurs passez votre chemin. Par ailleurs, si vous partez en haute saison, méfiez-vous des réservations de dernières minutes en ce qui concerne votre hébergement. Si la majorité des établissements affichent complet, vous risquez de partir en mission.

La réaction de mes proches

Lorsque j’ai annoncé à mes proches que je partais au Portugal seule, il y a eu un silence de 3 secondes et des regards stupéfaits. J’ai éclaté de rire. Mais papa il est où le problème, je suis une grande fille ?

Des amis m’ont dit que j’étais brave. Mais moi je vois juste une jeune femme qui souhaitait voyager seule pour une fois et repousser ses limites. Je peux vous dire que ces vacances ont été exceptionnelles. J’encourage d’ailleurs toutes les femmes à expérimenter ce genre chose au moins une fois dans leur vie.

Quelques règles à respecter 

Lorsque l’on part sur un coup de tête dans un pays européen, il y a quelques règles de bases à respecter :

Bien choisir sa destination et la période. On ne part pas sans un programme sérieux dans n’importe quel pays surtout en tant que femme seule.

Connaître son budget par cœur et suivre régulièrement son solde en temps réel.

Avoir un téléphone pour donner des nouvelles à ses proches ou utiliser le gps ;  le roaming étant levé en Europe, on peut utiliser son téléphone comme d’habitude et ce même avec un forfait basique.

Avoir du liquide sur soi de préférence, même 20 euros. C’est un de mes soucis récurrents car je n’ai jamais de liquide sur moi, je gère mieux mon budget de façon dématérialisée.

Toujours avoir une carte bleue voire une deuxième au cas où. On est pas a l’abri d’une restriction de la part de sa banque ou encore d’un vol de portefeuille.

Partir LÉGER : en sac a dos c’est le must. Je n’ai vu que des routes et des trottoirs pavés au Portugal. Si vous avez une valise bon courage !

 

Dans une second volet je vous présenterai les trois questions/réponses utiles que je me suis posées avant de partir ainsi que tout ce qu’il y a à dire sur cette destination. D’ici là je vous embrasse les copains.

Fall [in love]

Fall, Autumn, Fall in love quoi ! Vous voyez le jeu de mots ? Non ? Ok, ok, ce n’est pas grave. Aujourd’hui je vous retrouve pour partager mon premier lookbook de l’automne. Le mois d’octobre nous a fait quelques clins d’œil ensoleillés et j’en ai profité pour improviser une séance photos avec un look casual, cosy et féminin. J’ai eu du mal à choisir mon thème mais il fallait bien se lancer, et quoi de mieux que commencer avec quelque chose de rose pour symboliser ce mois d’octobre rose ?

Je vous avoue que je n’avais pas posé devant un photographe depuis la réalisation de mon book en 2011, j’avais complètement oublié à quel point on peut s’éclater devant un objectif.

Crédit photo : Sarah Merzouk

Je porte 

Un pull rose / Toucher Velvet : Stradivarius

Une jupe faux leather noire : Bershka

Collier et bagues coloris or : H&M

Des chaussures Blue velvet : Stradivarius

Sac : AliExpress

 

 

9 ans déjà que j’ai quitté la Martinique

 

C’est officiel, ça fait 9 ans déjà que j’ai quitté la Martinique pour partir étudier à Paris. Au début j’avais signé pour un aller-retour. Un contrat à durée déterminée de 5 ans loin de ma famille et de ceux que j’aime, juste le temps d’obtenir mon master en marketing et de revenir “au pays”.

Le départ

Je me souviens du jour de mon départ à l’aéroport, du regard sérieux et confiant de ma maman. Un regard qui ne laissait rien paraître de sa tristesse ou de ses inquiétudes. J’ai reçu un câlin de départ et une consigne que je n’oublierai jamais : tu sais pourquoi je t’envoie. Quand votre mère vous dit ça et que vous l’aimez, vous vous y tenez (du mieux que vous pouvez).

Je me rappelle des pleurs de mon petit frère de 3 ans à la porte d’embarquement, du regard triste de ma sœur. Je me souviens également de ce mélange d’excitation et de peur à l’idée de partir en France seule et pour la première fois. 18 ans à peine, la tête remplie de rêves, j’avais une volonté de partir à l’aventure, de grandir.

Ce départ que je vous raconte, de nombreuses personnes l’ont vécu et le vivrons encore et encore. Sachez que la plupart des antillais que vous rencontrez ici, en France métropolitaine, sont partis pour étudier, travailler ou pour toutes autres raisons personnelles…

Dans l’avion

A travers le hublot, j’ai vu mon île paradisiaque devenir de plus en plus petite puis disparaître à travers les nuages. J’ai serré les dents et respiré pour maîtriser les flots de larmes qui abandonnaient mon corps petit à petit. J’ai ressenti le premier déchirement de toute ma vie.

La vie en Ile-de-France/Paris

Lorsque l’on reçoit sa lettre d’admission 8 mois avant la rentrée en école ou à la fac, on est à mille lieux de savoir ce qui nous attend réellement. Il faut une bonne dose de courage, de débrouillardise, et de volonté pour tenir seul car les coups durs frappent sans prévenir : les premières températures négatives, les problèmes d’adulte qu’on ne connaissait pas avant, les mauvaises notes alors que l’on se défonce pour réussir, le découvert bancaire (parce qu’on a jamais eu autant de choses à payer), le premier noël loin de la famille. La liste peut être longue. Sé pas piess rigolade ki la ! (Ce n’est pas de la rigolade)

Bonne nouvelle (ou pas), ça fait maintenant 9 ans que je suis ici, ça signifie que je ne suis pas retournée en Martinique comme prévu et que j’ai tenu bon. Mon cursus universitaire n’a pas été linéaire, j’ai fini par en faire à ma tête. J’ai étudié, j’ai arrêté, j’ai voyagé, j’ai repris…
Pourquoi étudier, décrocher son diplôme puis son CDI, se fiancer, acheter une maison, se marier et faire des enfants ? Ce n’est pas pour moi ça.

Il nous faut parfois des situations violentes ou inconfortables pour changer notre routine et révéler des choses dont on ne se sentait pas capable avant ça.


La recherche de mon premier boulot

Au bout de 2 ans en IDF mes parents ont réduit considérablement le nombre de virements; à la quatrième année d’études ma mère a tiré le frein à main et coupé les vivres. Allez ma fille ! It’s time to grow up. A peine sortie de licence, il me restait deux années d’études. Avec un loyer de fou à payer et le coût de la vie d’un étudiant à Paris, la seule option évidente était de suivre mes études en alternance. Saluuut Indépendance.
Ces deux dernières années ont été les meilleures. Votre loyer est payé, l’employeur paie votre formation et si vous vous débrouillez bien, il vous reste des sous pour vous faire plaisir.

Et après?

J’ai terminé mes études en alternance, je vis toujours en IDF, je suis à 100% indépendante. Merci maman et papa pour votre soutien pendant mes premières années.

J’ai décroché un CDI (par la force des choses) et je pense déjà au jour où je plaquerai tout. Je ne retournai pas en Martinique pour le moment.

De nombreux blogs et articles ont mis en avant les jeunes qui reviennent au pays mais je tiens à souligner que tout le monde ne se sent pas prêt à le faire.  Je ne pourrai pas parler à la place des autres mais depuis nos pays d’adoption, la France, le Canada, le Royaume-uni, etc, nous avons tous nos rêves, nos ambitions et nos modes de vie loin de la Martinique. Cette vie n’est pas toujours facile, nos familles nous manquent, l’air de notre île également, mais ce sont des choix assumés dans le but d’accomplir nos rêves ou nos objectifs.

Réseaux sociaux : on protège son couple ?

Ne vous est-il jamais arrivé de vous demander qu’est-ce qu’il/elle fabrique tout le temps sur les réseaux sociaux ou sur son téléphone ?

Il y a quelques années j’étais en couple avec quelqu’un qui passait beaucoup de temps sur Facebook. Du réveil au coucher, pour le perso, pour le boulot, pour discuter... Son utilisation prolongée de ce réseau social me rendait ouf. Smartphone lors du dîner ou au restaurant, smartphone au lit avant de dormir…Smartphone ici et là.

De façon général, j’aime les nouvelles technologies, je fais partie de la génération Y, pourtant je déteste toutes ces choses qui font que nous sommes constamment penchés sur nos téléphones au lieu d’apprécier l’instant présent. Ça m’arrive d’observer les gens, notamment dans les soirées entre amis. La plupart sont penchés sur Facebook, Instagram ou Snapchat, tous en train d’alimenter leur vie virtuelle. Dans le couple, l’utilisation des réseaux sociaux est une toute autre histoire et il est bien connu que ça fout la m**de.

Ne touche pas mon téléphone !

Le smartphone est devenu un objet intime, une prolongation de nous-même. Certains le rendent inviolable à l’aide d’un mot de passe et d’autres n’hésitent pas le à protéger avec leur empreinte digitale. A trop vouloir rendre son smartphone inaccessible on risque de soulever des suspicions et de donner l’impression que l’on cache des choses pas très jolies.

Les réseaux sociaux ont ouvert le champ des possibles. La liste des choses extraordinaires que l’on peut faire grâce à eux est énorme. Malheureusement son usage a engendré l’apparition de nouveaux maux dans notre société. Au sein du couple leurs usages prolongés favorisent souvent de la méfiance ainsi que de l’incompréhension; ce qui peut affaiblir l’entente et la communication entre deux personnes.

Les réseaux sociaux dans le couple (pour les nuls)

L’équilibre relation /réseaux sociaux entre certaines personnes se fait naturellement en général mais pour maintenir un équilibre entre le couple et ses 10 réseaux sociaux favoris,  à mon sens, il faut:

Gérer voire diminuer le temps passé sur les réseaux sociaux en présence de sa moitié

A quoi bon solliciter la présence de l’autre si toutes les 5mn on regarde son téléphone, on commente des choses sur Facebook ou on discute sur Messenger. C’est assez malpoli, ou au pire, on donne l’impression qu’on s’ennuie et que le contenu de son téléphone est nettement plus intéressant que son/sa chéri(e).

Poster correctement ses contenus
A moins de vouloir finir avec une crise de jalousie chaque semaine on évite de poster constamment des photos affriolantes de soi sur les réseaux sociaux. Les statuts concernant votre relation sont à proscrire également : « Saoulée, marre de ces mecs menteurs et infidèles. » Vos problèmes ne concernent que vous et vous risquez d’embarquer la terre entière dans votre couple et de faire couler le navire.

Etre transparent vis à vis de l’autre (Pas menti)
N’oubliez pas que les réseaux sociaux ainsi que les smartphones embarquent pas mal de fonctionnalités (appareil photo, géolocalisation, etc.) Mais cela vous le savez déjà. Je le redis, juste au cas où, car certains tombent toujours dans le panneau. Se serait bête de dire que vous vous trouvez à un point A quand votre amie Laura publie 5 min plus tard une photo de vous et elle en train de vous amuser @laSpringBreak.

Arrêter de discuter avec des gens (du sexe opposé) que vous ne fréquentez pas dans la vraie vie
Je ne ferai pas de commentaires sur ce point. Il parle de lui même.

Décider naturellement de ce qui est acceptable sur les réseaux sociaux
Si certains ne se questionnent pas sur l’utilisation prolongée de leur moitié sur les réseaux sociaux, il est bien connu que ça met souvent la pagaille dans un couple tôt ou tard. Problèmes du couple A,B,C + réseaux sociaux = Big problem.

N’hésitez pas à mettre à plat ce que vous n’appréciez pas ou ce qui risquerait de vous contrarier. Dans tout les cas, tant qu’une définition commune du respect dans le couple est présente, les choses “roulent” toutes seules à vrai dire.

 

Allez les copains, faites l’amour, pas la guerre !